Regards sur le Bercy de Booba

boobaPlume aiguisée, paroles tranchantes, Booba le duc de Boulogne comme il aime à le dire a encore fait montre de son talent d’entertainer. Le rappeur franco sénégalais s’est emparé d’un Bercy plein à craquer  le 5 Décembre dernier. Il n’est peut-être plus le plus gros vendeur de l’industrie rap entre de nouveaux rappeurs comme Nekfeu, Jul ou maitre gims mais il reste tout de même le plus influent,le plus populaire et surtout le meilleur vendeur dans la catégorie ego trip du rap français.

C’est un public entièrement acquis à sa cause qui se présente au concert pour écouter les tubes de l’artiste. Entre des sons à l’ancienne pour les fans de la première heure,de Lunatic en passant par Temps mort et ceux de son dernier opus, Booba a littéralement régalé tout son public d’une génération à une autre.

La recette de son succès, une dose de charisme et une envie de sortir de sentiers battus. Cette envie de briser les barrières s’est traduite par la réalisation de sons chantés tels que « Scarface » ou « Validé » dernièrement. Au début, moqué par les autres rappeurs par sa tendance à se démarquer notamment avec sa participation à la star Académie ou la production de sons plus mélodieux, force est de constater que le rap a fini par suivre le mouvement. Oui, cet artiste inspire.

Il nous a gratifié d’un live mémorable dont le fait marquant reste pour moi l’interprétation du titre « validé » aux côtés de son poulain Benash et Sidiki Diabaté un griot malien auteur de la version originale du titre. Une façon aussi de faire taire les rumeurs de plagiat qui ont couru sur la toile.

Il faudrait par ailleurs féliciter le rappeur d’avoir mis en avant en de nouveaux talents de la scène rap en leur offrant la première partie de ce concert mémorable de 17000 spectateurs

La seule critique que je pourrai lui faire c’est de se reposer sur ses lauriers du moins en terme de promotion. On a l’impression que le rappeur ne se contente que de sa « fan base », ne vise pas un public plus large à qui il pourrait transmettre sa musique et faire découvrir la complexité de sa plume.« Choqué de passer sur NRJ » disait-il dans une de ses chansons. Moi je dirai normal d’y être. La musique est universelle, sa musique est universelle et il devrait l’imposer. C’est sans doute ce qu’a compris   Pascal Nègre patron du label Universal Music en honorant le rappeur de sa présence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :